Koh Lanta : l’épreuve finale

Si vous pensiez que l’épreuve de survie sous la pluie était déjà bien difficile… Vous n’avez encore rien vu ! Cette année Koh Lanta s’achève sur une épreuve terrible !

kohlantalogo
Thailande Phuket
Phuket, Thailande

Définitivement, les jours se suivent et se ressemblent (comme une bomba triste)… Mais disons qu’aujourd’hui, ça ressemble à hier, mais en un peu plus fort, un peu plus concentré… avis de tempête sur Koh Lanta, toutes les liaisons en ferry sont annulées ! Putain la poisse, et nous qui devons absolument être à Phuket demain matin pour notre vol… Ouh là, arrêtez moi si je ne m’abuse mais ça sent la galère à plein nez ce plan !

Pas de bateau, pas de vol !!

Bref, cela ne nous empêche pas de prendre notre petit dej à la cool, de bien digérer, limite de faire une petite sieste après le petit dej… puis de retourner voir l’agence pour voir comment faire.

Entre temps, après avoir discuté avec d’autres personnes au petit dej, il paraitrait qu’il existe une autre solution pour quitter l’île (ah oui, à part un bateau, une ile on la quitte comment ??)… qui consisterait en un ferry boat qui passe par l’arrière de l’ile pour rejoindre le continent, là où la mer est moins agitée (et moins de traversée).

Bon, déjà, on va aller essayer de se faire rembourser nos billets pour aujourd’hui car de toute évidence, on ne montera pas dans notre bateau, du moins, il ne quittera pas le quai !

Remboursement sans encombre, pas d’entourloupe, ça fait plaisir, limite on nous a remerciés !!

Maintenant, nous reste à étudier cette histoire de ferry boat, et en effet, on peut rejoindre Phuket en bus plutôt qu’en bateau ! C’est fou ! Et comment ça casse le mythe de Koh Lanta ! Koh Lanta, l’ile que l’on peut rejoindre en bus !! LOL !

Bref, on n’a pas le choix alors on opte pour cette option, même si on mettra 5 heures au lieu de 2…

Le méchant conducteur

On se fait déposer par notre gentil hotel à la station des mini vans une bonne demi-heure avant le départ de l’engin, du coup, on a le temps de se familiariser avec l’air rustre et mal aimable des tenanciers… La première chose qu’ils nous disent en nous voyant arriver, c’est « buy ticket, buy ticket », on se croirait au Vietnam, mais tu remplaces « something » par « ticket » ! Franchement, ils ne sont pas hyper sympas…

Dehors, il pleut à torrent…

Au bout d’un moment, on comprend que l’on doit mettre nos sacs sur le toit, car on nous hèle un truc en thai d’un ton un peu agressif. Ouh la la, on se croirait de plus en plus au Vietnam !

15h30 précises, le mini van décolle… pour finalement faire la tournée de plusieurs hotels et aller chercher des gens (mais euh, et pourquoi pas nous !). Le conducteur ne rigole pas pour un sous, à peine rentrés dans le mini bus, il nous avait déjà engueulé car nos pied avaient frôlés le dossier du siège avant. Il a l’air un peu parano avec son van le gars !!

Bref, il embarque les passagers comme de la marchandise et balance leur sac sur le toit, sauf que les leurs ne sont pas protégés par des bâches, et il pleut vraiment fort ! Si quelqu’un ose poser une question ou dire quelque chose, il se fait engueuler…

Bref, une fois tout le monde chargé, le mec s’arrête dans une station et reconfectionne un truc étanche sur le toit. J’ouvre la fenêtre car j’ai chaud mais le mec passe et la referme… Je ne cherche pas trop à comprendre et on repart enfin pour le vrai trajet.

Le bus fou

Le mec a l’air stressé, ou vénère, on ne sait pas trop, mais il ne donne pas envie de s’approcher ! Il est en panique avec son van niveau propreté, on n’a pas intérêt à toucher quoique ce soit. Tout ça se ressent dans sa manière de conduire : il conduit à fond les ballons et surtout, il ne sait pas maintenir une vitesse constante… Alors il donne des coups d’accélérateurs toutes les 3-4 secondes puis laisse le véhicule en portance et ralentir de manière naturelle, et ainsi de suite. C’est assez horrible et ça donne la gerbe. Et en plus c’est dangereux car le mec conduit comme un dingue.

Bref, le voyage n’est vraiment pas des plus agréable mais ce n’est pas bien grave, ce qui compte c’est d’arriver à Phuket.

On vous passe les détails de vénère à la pause pipi ou au moment où il laisse des passagers sur une étape à mi chemin… à chaque fois, ya embrouille vénère!

La dernière embrouille étant pour Caro, à qui il interdit de manière très agressive d’ouvrir la fenêtre. Franchement, je ne comprends pas pourquoi, alors à chaque fois qu’il passe devant et qu’il la referme, je la rouvre juste derrière lui. Jusqu’au moment où super énervé, il attrape agressivement mon poignet, et me regarde les yeux injectés de haine « you don’t open the window, OK ?? » « ok ok » (sauf que j’ouvre un chouilla quand même par principe, connard va !). On pense qu’on a affaire au frère de GPR !!

Bref, on arrive à Phuket, mais l’ile est grande et on a réservé un truc qui est sur le chemin du van, qui lui s’arrête à la gare du centre ville. On se dit qu’on ne pourra jamais lui demander une telle faveur après le coup de la fenêtre, du coup, on demande à un local de lui demander pour nous…

Cela ne porte pas ses fruits non plus… Du coup, on n’a plus qu’une idée en tête : lui pourrir son van à coup de chewing gum collé ou autre chips écrasées !!

Casse-toi pauv’ con !

Du coup, on se dit que l’on va descendre là où est notre hôtel, du moins pas loin, et que l’on prendra un taxi, ce sera toujours mieux que de devoir prendre un taxi de l’autre bout de l’ile.

Du coup, un local fait arrêter le van pour lui, et on en profite pour dire à super connard que l’on descend aussi. Le premier truc qui lui vient alors en tête est de me faire venir à côté de la fenêtre pour me dire « tu vois ce que tu as fait, tu vois ?? »… Mais moi, je m’en fous, donc je prends mon sac, et je veux prendre mon taxi. Sauf que ce fou malade m’attrape le bras et me traine devant sa fenêtre  Alors là, trop c’est trop, je me mets à lui hurler dessus et Quentin débarque à la rescousse!!! En plus, tout ça pour me montrer 3 mini rayures sur la fenêtre qui devaient être là avant moi !!! Un taré, un gros taré !!

Du coup, je suis bien contente, j’ai jeté sous ses yeux mes détritus dans son van et on s’est cassé !

Nous voilà donc au milieu de Phuket, il est 21 heures, il fait nuit, il pleut et pas un taxi à la ronde. Le mec descendu en même temps que nous nous propose d’appeler un taxi pour nous, chose que l’on accepte volontiers ! 10 minutes plus tard, débarque une grosse merco avec 2 thais qui sortent de la voiture : « voilà, c’est votre taxi mes amis » !! Ouh là, c’est quoi cette entourloupe ? Le mec nous explique qu’à cette heure là, il n’y a plus de taxi à Phuket, alors il faut appeler des taxis privés (en gros, ton pote qui a une caisse !). De surcroit son pote nous demande plus cher pour traverser un tiers de l’ile que ce qu’on avait payé pour traverser toute l’ile depuis l’aéroport !

Du coup, on décline sa proposition poliment, on trouve vraiment ça étrange qu’il n’y ait pas de taxi, il n’est pas si tard que ça… tout le monde s’en va gentiment, sauf nous 2 qui restons sur le bord de la route !

En mode Pekin Express moi je vous dis !

Mouais… Bon…. Euh…

C’était peut être pas si mal que ça son pote ?!! Pas de taxi, encore des gens qui nous proposent des services douteux et pour des sommes exubérantes en plus… Ca sent le roussi, et l’endroit où on dort est en fait super loin !!!!

En désespoir de cause, on se met en mode « back to Haiphong », on va faire du stop ! Franchement, on a plus d’autre choix ! Sauf que là, pas de bus de la providence ! On finit même par demander si il y a un hotel dans le coin car on se dit qu’on n’arrivera jamais à quitter cet endroit, mais même pas ! On est dans le trou du cul de Phuket !!

Soudain, un mini pick up passe… continue… et sur un élan de remord… s’arrête 200 mètres plus loin !!! Youpi !!!

Le mec nous propose une étape intermédiaire, et on tente notre chance avec notre destination finale… Bingo, c’est là qu’il va !! Oh purée, le coup de bol ! On monte, et on éclate de rire tellement c’est bon d’être dans cette voiture après une heure d’attente sous la pluie !!

Le mec nous dépose pas loin de notre hotel, du moins, c’est ce qu’il pense… Après avoir marché 30 minutes et s’entendre dire que c’est la prochaine rue, on n’en voit plus le bout et on finit par prendre un tuk tuk ! Heureusement d’ailleurs car c’était encore loin…

On finit par arriver à notre hotel à 23h30 !! Pour un voyage qui était censé durer 2 heures en bateau… On aura mis 8 heures, voyagé avec un fou et fait du stop ! On finit la Thailande sur les chapeaux de roues !!


Vous avez aimé cet article ?

Rejoignez pimp my trip sur Facebook !

3 Commentaires

  • maman chérie, adorée que j'aime à la folie... 14/04/2011

    Après l’alerte au tsunami, passage à Kho-Lanta pour finir en pékin express… Vous méritez au moins une nomination aux « sept d’or »…

  • Marion 18/04/2011

    Vous avez survécu à l’épreuve ultime … le chauffeur de bus maniaco dépressif et aigri … comme quoi ce n’est pas un phénomène franco-francais en fait !

  • Miloute 02/05/2011

    j’avoue ta maman a raison, vous avez revisité les aventures de la télé…pour le final, moi je vote pour le diner presque parfait sur une ile déserte….tiens ca pourrait etre un défi ca aussi/…lol

Laisser un commentaire