Gravir le Rinjani, Part 2 : Harassant !!!

Les 9 heures de marche et 1000 mètres de dénivelés de la veille sont de la rigolade ! Aujourd’hui va être la journée la plus éprouvante de tout notre voyage !! Courage Pimp My Trip !!

volcan-rinjani-lombok-indonesie-27
Indonésie Sommet du Rinjani
Sommet du Rinjani, Indonésie

Départ tardif vers le sommet

Pour atteindre le sommet, il faut partir tôt, vers 2h30 / 3h… Mais nous, notre guide nous réveille à 3h15, et nous partons à 3h45. Certes.

Il fait nuit noire, et il fait froid. On mange quelques céréales et on boit un café, mais franchement, ça a du mal à passer car nos estomacs sont encore en train de dormir !! On commence l’ascension à la lampe de poche.

A savoir : il faut prévoir entre 3 et 4 heures de marche, sachant que la dernière partie est la plus exténuante.

« Mmhhh, moi déjà hier, j’en pouvais plus, alors arrêtez de me dire qu’aujourd’hui c’est 10 fois pire » !

Après 1h30 de marche, le soleil commence à se lever… et on dit Adieu à nos promesses de lever de soleil depuis le sommet. Bah oui, notre guide nous a réveillés beaucoup trop tard. On commence à être un peu dégoutés… mais ce n’est pas grave.

L’ascension devient de plus en plus dure, le sentier est constitué de plus en plus de sable et de moins en moins de pierres !! En gros, on avance tant bien que mal dans la caillasse qui glisse !! Mais on tient le coup.

On s’accorde une pause d’une petite demi-heure pour regarder le lever du soleil depuis la crête… Seuls au monde !

En mode survivors !! Et le pire nous attend !

Nous on s’arrête un peu mais notre guide décide de continuer la marche devant, avec la malaisienne ! Sympa ! Il se barre sans nous, alors qu’hier, il attendait la malaisienne quand elle était dernière… C’est quoi le truc ? Et de surcroit, c’est dangereux, car nous sommes le dernier groupe et du coup, on se retrouve seuls, à continuer l’ascension.

Il nous reste encore 2 heures de marche nous dit notre guide avant de nous abandonner… Ok, on va se motiver ! Le sommet ne semble pas si loin que ça, on se dit qu’on peut le faire en moins. Mètre après mètre, la marche devient plus difficile, d’autant plus que l’air se raréfie. Nos efforts comment à se faire lourds, et le rythme ralentit…

On regarde le sommet, qui semble toujours aussi loin… Mais on tient bon…. Et une heure plus tard, le sommet semble toujours aussi loin !

L’heure la plus longue de notre voyage !

On commence à se décourager et à se dire qu’on ne va jamais arriver, d’autant plus que nous voyons tous les autres groupes qui commencent à redescendre ! Alors là, rien de pire pour nous démotiver !!! On recroise des personnes que l’on avait rencontrées la veille et elles nous annoncent qu’il reste encore 30 minutes de marche. Chouette.

D’ailleurs, tous les guides que l’on croise nous demandent « mais où est votre guide » ?? Pfff…. Bah il est devant, et avec la bouffe en plus !

On recroise d’autres têtes connues 30 minutes plus tard… qui nous redisent qu’il reste au moins 30 minutes !! BAM, le coup dur !!

Le « sentier » n’est plus un sentier… Il s’est transformé en chemin de la rédemption ! On marche sur une pente à 45 degrés, qu’on n’est pas loin des 4000 mètres donc l’air nous manque, mais surtout… on marche sur du sable volcanique, donc un pas en avant, autant en arrière… C’est comme grimper une dune, on s’enfonce autant qu’on monte. On devient de plus en plus fatigués, et on s’arrête tous les 10 mètres.

« Allez, tout est dans la tête à ce stade là, faut pas lâcher maintenant si près du but » !!

Le soleil commence à cogner, et il ne reste plus que nous sur cette partie de l’ascension… 45 minutes plus tard, on finit tant bien que mal à arriver, complètement morts mais tellement contents d’avoir réussi !!! C’est notre exploit des vacances !!! Caro craque un bon coup, mais on la fait !!! Et tous seuls !! Super ! On ne veut plus entendre parler du guide et de sa protégée !

Descente en mode ski, le pied !

Le retour est bien plus simple, car le sable est un régal à descendre ! Les pieds s’enfoncent jusqu’aux chevilles, ce qui amortit tous les chocs, pas besoin de réfléchir ni de forcer, on se laisse descendre !!! On ramène avec nous quelques kilos de sable et de poussière, mais ce n’est pas grave, c’est trop bon !

On recroise notre guide et il soutient la malaisienne par le bras. Ah tiens ? Elle a eu un problème ?

Non, c’est juste qu’elle n’arrive pas à marcher quand ça descend trop… Ok… Il finit même par lui porter son sac… Ok, alors là, la princesse commence à nous énerver, car non seulement elle est mal-aimable, mais en plus elle monopolise le guide et on doit se débrouiller tout seuls ! Bref !

On rentre au campement et là, nous attend un bon petit déj ! Il n’est que 10 heures et on a l’impression d’avoir déjà une journée de marche dans les jambes !! Princesse Lili attrape son repas et va s’enfermer dans sa tente, sympa l’esprit ! Nous, on kiffe, on a réalisé notre exploit, et peu importe le reste, on se dit que le plus dur est passé !

Le plus dur est passé, oui mais… le calvaire n’est pas fini !

Nous attendent tout de même 4 heures de descente jusqu’au lac, où nous camperont la deuxième nuit… Avec des marches hautes comme la hauteur de nos cuisses (enfin, celles de Caro), la descente est rude, notamment pour les genoux. Mais on distance tout de même princesse Lili l’handicapée de la descente et on arrive en bas 1 bonne heure avant eux, en se disant que l’on va retrouver les porteurs et qu’un bon déjeuner nous attendra bien chaud !

On est perdus !!!

Sauf que… pas de porteurs en vue !!! Que des locaux qui sont là, installés en groupe de pêcheurs et pas de porteurs en vue. Merde. On fait un tour d’horizon… Rien, à part des tentes qui franchement, ressemblent à des campements de réfugiés !!

On commence à attirer un peu trop l’attention alors on se dit que l’on va se mettre un peu en retrait et attendre ! Qu’est-ce qu’on peut faire de plus ?

45 minutes plus tard, notre guide arrive, et nous indique la suite du chemin, pour se rendre… à des sources chaudes !! Yeah, génial, mais on a la dalle nous ! Ok, ok, on attendra…

Les bains publics ou le bouillon de culture !

L’ascension de ce matin nous a déposé une couche de poussière tellement importante que l’appel de la douche est trop fort. On est super enthousiastes à l’idée de pouvoir se baigner un coup. Quand on arrive sur place, on déchante vite : encore des tentes de réfugiés partout, essentiellement des hommes dans l’eau, endroit un peu sale et vraiment pittoresque.

Les quelques femmes qui se baignent le font habillées… Et notre arrivée provoque une attraction d’enfer, mais pas forcément accueillante…

Alors là, rien à faire les mecs, nous on a trop envie de se laver !! Caro va squatter une tente de réfugiés pour se changer et se baigne en paréo et tee shirt ! Quentin lui peut y aller en maillot !

L’eau est bien chaude et ça fait trop du bien. On se savonne à l’ancienne avec tout le monde (berk) et avant de se rhabiller, on va tout de même se rincer un coup dans l’eau de la rivière, froide certes, mais au moins, on se dit qu’on élimine quelques bactéries !

Nuit au bord du lac dans la caldeira, à quelques mètres du cratère

On remarche encore une demi-heure, et vers 17h30, on arrive au campement. On retrouve les porteurs, et on a enfin le droit à notre déjeuner ! Bon, bah ça fera office de déjeuner-diner car on est mort !!!!

L’ambiance autour du feu n’a pas changé alors on se fait nos délires à 2, on se marre bien, mais bon, il n’y a pas trop d’esprit de groupe dans ce groupe ! Princesse Lili est toujours aussi désagréable et le guide est toujours autant son larbin ! On hallucine, on se demande s’ils n’ont pas une love story cachée !!

Bilan de la journée

  • 5 heures de sommeil glacial
  • 13 heures de marche
  • 9 kilomètres
  • 3000 mètres de dénivelés : 1000 mètres en ascension, 2000 en descente
  • Courbatures qui arrivent doucement mais surement !
  • Grosses émotions et effort physique vraiment difficile
  • Paysages époustouflants

Vous avez aimé cet article ?

Rejoignez pimp my trip sur Facebook !

Photos

  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-19
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-20
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-21
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-22
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-23
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-24
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-25
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-26
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-27
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-28
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-29
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-30
  • volcan-rinjani-lombok-indonesie-31

4 Commentaires

  • Florian 12/04/2013

    Hello,

    merci pour cet article bien marrant… :)

    Juste une petite question, j’essaie d’évaluer la difficulté de cette rando, vous aviez quoi comme sac de couchage (quelle température confort ?) VOus avez de l’expérience en montagne ?

    Merci et a +

    FLorian

  • pimper 21/04/2013

    Pr le matos nous n’avions rien à part nos chaussures de marche donc on a du faire avec le matos des guides… donc autant te dire que le sac de couchage n’était pas un sac de compet ! Un conseil, prends un truc chaud car il pèle sec là haut !
    Pr la difficulté, nous ne sommes pas des randonneurs professionnels, mais nous aimons bien marcher et faire des randos l’été à la montagne (dénivelé, 5-6-7h de marche) et on a trouvé l’ascension assez difficile, notamment le sommet… J’avoue on n’était peut etre pas ds les meilleures conditions physiques à ce moment là dc ca n’a pas aidé, mais attend toi à un peu d challenge tt de même ! Ceux qui disent que c’est facile… soit ce sont des pros, soit ce sont des menteurs ;-) en ts cas, ca vaut vraiment le coup, alors vas-y fonce !

  • Marie 25/05/2013

    Super article ! Mais ça fait peur…

  • Lucia 11/08/2013

    Hello à tous les deux ,

    Je pars en septembre avec ma meilleure pote pour faire un trip de trois semaines en Indonésie , le Rinjani est au programme mais après avoir lu plusieurs récits sur plusieurs blogs, cette ascension a l’air aussi terrible que magnifique …
    Honnêtement on est pas des marcheuses , on a 28 piges .. On marchait plus jeunes en colo mais ça remonte à plus de 10 ans … Du coup je ne sais pas si on aura
    l’endurance qu’il faut pour cette rando qu’on rêve de faire . Une des dernières randos qu’on a faite c’était en Australie et Tasmanie mais ça ne dépassait pas plus de 5h de marche et les dénivelés étaient faibles .
    Que nous conseillez-vous ?
    Merci pour votre avis
    Lucie

Laisser un commentaire